Browsing Tag

emploi

Boîte à Idées

Et si on « boostait » nos CV?

04/04/2013

13296059-curriculum-vitae-mot-nuageAfin d’éviter toute confusion, il ne s’agit en aucun cas de gonfler son CV. Rien de pire quand on est dans une démarche d’offre de ses compétences que de mentir sur ces dernières. La vérité nous rattrapera un  jour où l’autre « dans l’exercice de nos fonctions ».

Mais dans le monde impitoyable du travail, les chefs d’entreprises en recherche de compétences reçoivent quotidiennement des dizaines de CV et de lettres de motivation. L’objectif, c’est de sortir du lot, de se faire remarquer, d’être retenu dans la pile de propositions qu’ils ont reçue.

« Sortir du lot ». Pas facile, quand, de façon très académique, nous rédigeons nos CV comme on nous l’a appris: sobre, clair, rédigé et organisé d’une certaine façon. Finalité, le recruteur se retrouve avec des CV similaires. Impossible de « sortir du lot ». Avant de s’intéresser au fond, il doit voir la forme.

Et si on donnait un peu d’originalité à nos CV?

Original mais pas farfelu (quoi que…). Personnaliser votre curriculum vitae avec des couleurs ou une mise en page différente en fonction du secteur ou du métier de nos recherches. Des titres plus accrocheurs, une police différente, un format moins basique que la simple feuille A4 recto en portrait… permettent de se distinguer plus facilement. Un papier spécial (irisé, recyclé, à matière) peut susciter l’intérêt de celui qui lit ces documents.

Attention à ne pas tomber dans le fantaisiste quand ça ne s’y prête pas. Si vous cherchez dans la comptabilité, mettre des petites fleurs en fond passera très certainemen mal. Mais les fleurs conviendront très bien pour quelqu’un qui se positionne dans le secteur de la mode ou de la beauté. Votre CV doit vous ressembler. Mais il faut également anticiper sur ce que le destinataire de votre document pourra en penser.

Vous l’aurez compris, l’objectif, c’est de retenir l’attention et de susciter l’intérêt.

Petit plus: il est vrai que l’on a souvent entendu dire « mets une photo type identité ». Quelle tristesse!! Quelle austérité!! En ces temps de crise, croyez-moi, c’est beaucoup plus agréable et accrocheur de regarder un CV avec la photo de quelqu’un qui sourit. Ca motive. Pensez-y.

Alors, « Booster » votre CV, vous vous y mettez?

 

crédit photo: http://fr.123rf.com/

Boîte à Idées

Et si on donnait leur chance aux jeunes dans les entreprises?

10/08/2011

Les chiffres du chômage en Martinique sont affolants (environ 22% de la population active selon plusieurs sources en 2010), surtout depuis Février 2009. Et pas de réelle reprise depuis cette crise.

Ce chômage touche plus particulièrement les jeunes Martiniquais. Mais pourquoi donc? La scolarité est obligatoire et quasiment gratuite, nous sommes l’île la plus riche (en PIB par habitant) de la Caraïbe, notre taux d’équipement est plus que convenable et il y a tellement, tellement de choses à faire pour développer l’île… Pourquoi les jeunes sont-ils alors autant touchés par le chômage?

En regardant les offres d’emplois sur les différents sites internet et auprès des cabinets de recutement, on se rend compte que la plupart des offres requiert un certain nombre d’années d’expérience, et ce, quel que soit le domaine d’activité: 3 ans d’experience, 5 ans d’expérience… Normal (!!!!!!!) que les jeunes se retrouvent au chômage si on ne leur laisse pas leur chance…

Ne dit-on pas qu’il faut bien commencer par quelque chose? Les gens que l’on recrute avec 5 ans d’expérience, ils ont bien débuté quelque part, sans expérience… non?

Alors oui, peut-être faudrait-il que les jeunes (je n’aime pas trop ce mot, qui devient trop généraliste et qui englobe un tas de notions totalement différentes et éloignées les unes des autres mais bon…) fassent des efforts, et comprennent le fonctionnement d’une entreprise, et les règles que la régissent. Peut-être aussi que les « jeunes » doivent intégrer que l’on ne « cherche » pas du travail, mais que l’on propose de mettre ses compétences au service d’une entreprise, contre un salaire (et que ce salaire doit être couvert par la productivité du salarié…). Voir mon article sur « et si on arrêtait de chercher du travail? »

De l’autre côté, les chefs d’entreprise doivent faire un minimum confiance à ces jeunes, et accepter de leur permettre de grandir professionnellement et de gagner en expérience dans leurs entreprises. On n’apprend jamais mieux que sur le terrain!!!

Mais si on ne leur permet pas de comprendre tout ça, de gravir les échelons, de gagner en compétences et en expérience, de tomber pour mieux se relever… le taux de chômage va continuer de grimper, et inévitablement, la délinquance va augmenter…

Bravo à la région Martinique qui a lancé le dispositif « IMMERSION EMPLOI JEUNE », grand pas en avant pour la lutte contre le chômage des jeunes, même si c’est (très) limité dans le temps…

Je ne vais volontairement pas au fond du problème, mais il y a encore tellement de choses à dire sur le sujet des « jeunes » et pas seulement à propos de l’emploi… Parce que les jeunes aussi ont beaucoup, beaucoup de choses à dire… (j’en mettrais ma main à couper…)

Alors, donner une chance aux « jeunes » d’apprendre les rouages de l’entreprise, de gagner en expérience et d’être productif pour la Martinique, si on s’y mettait??

Boîte à Idées

Et si on arrêtait de « chercher » du travail?

26/04/2010

photo-1425421669292-0c3da3b8f529De tout temps (et surtout maintenant en temps de crise), nous avons toujours entendu dire: « je cherche du travail » et « j’ai trouvé du travail ».

Mais si l’on prenait le problème dans l’autre sens? Et si on ne cherchait pas du travail? Si on cherchait plutôt à mettre nos compétences au service d’une entreprise, quelle qu’elle soit?? La problématique n’est pas la même! Et ça change tout! Notre vision, notre stratégie s’en trouvent changées, et l’on devient efficace!

Du point de vue du recruteur, quels sont les plus que l’on apporte à son entreprise? Quelle rentabilité? Quelle valeur ajoutée?

Le recruteur ne cherche pas à « donner » du travail pour « donner » un salaire à la fin du mois! Il donne déjà trop là! C’est une question de réciprocité!  En revanche, nous offrons nos compétences pour ce salaire! Finalement, c’est nous qui « générons » ce salaire… et il faut être convaincu de cela, et convaincre le recruteur ensuite!

Le discours de celui qui est en recherche d’emploi devrait toujours aller dans ce sens… convaincre de son utilité dans l’entreprise et justifier son prochain salaire…

Alors, commencer à croire en nos compétences et à tout ce dont on est capable … et si on s’y mettait?