Browsing Tag

Economie

Boîte à Idées

30/60 jours. Et si on supprimait les délais de paiement ?

17/06/2013

Il y a un adage qui dit : « Les bons comptes font les bons amis ». En France, donc en Martinique aussi, vu les délais de paiement, nous ne devons pas avoir beaucoup d’amis…

En effet, les factures sont réglées en général à 30 jours fin de mois (donc 45 jours….), voire 60 jours. Sans compter les délais très longs de paiement des collectivités.

Notre tissu économique étant principalement composé de TPE (très petites entreprises), il est difficile pour elles de supporter des délais de paiement aussi long, surtout quand on réalise que le plus important pour cette forme d’entreprise, c’est une bonne trésorerie, au quotidien. C’est bien de faire du chiffre d’affaires, mais si c’est mieux d’être payé régulièrement et à temps.

Bon nombre de TPE dépose le bilan, faute de rentrées effectives d’argent, et donc les dettes qui s’accumulent, et un découvert qui se creuse, déclenchant le paiement d’agios. Une économie saine ne peut, selon moi, pas fonctionner avec des paiements à rallonge, surtout pour des TPE.

Et si on supprimait les délais de paiement?

Pas bête hein… Mon entreprise livre le service ou le bien pour laquelle elle a été sollicitée, et le chèque est prêt à la livraison, ou le virement est effectif (sur mon compte) au bout de 3 jours maximum. Idéaliste? C’est pourtant ce que nous faisons tous les jours en tant que consommateur.

Vous me direz: l’économie est basée sur ce système de paiement à 60 jours, il sera difficile, voire dangereux de détruire ce système en supprimant ces délais de paiement, surtout que peu d’entreprises pourraient appliquer le règlement comptant, puisqu’elles sont rentrées dans le cycle.

Justement, si elles ne peuvent pas payer comptant, c’est parce qu’elles-mêmes ne sont pas payées à temps… Pensons-y! Si les entreprises Martiniquaises connaissent aujourd’hui des difficultés (à payer les charges sociales et  fiscales par exemple), c’est parce qu’elles ont des problèmes de trésorerie, parce qu’elles ne reçoivent pas l’argent de leurs services rendus quand elles doivent le recevoir.

Il est vrai que les grandes entreprises et les grands groupes ne pourront peut être pas suivre. Et les collectivités, à cause de leur système administratif, ne pourront pas payer comptant (et pourtant…). Mais entre petites entreprises, il serait bon pour notre économie d’appliquer cette règle, afin de faire tourner notre économie de façon plus saine.

Pour finir, imaginez-vous, en tant que consommateur, payer vos courses 45 jours après, ou le coiffeur, le restaurant ou encore votre essence 30 jours après les avoir effectivement « consommés » (dans le meilleur des cas…). Pensez-vous que ces prestataires pourraient survivre? La réponse est non… C’est pour cette raison que nous payons « cash », dès que le service est rendu ou que les pots de yaourt sont dans le chariot, de l’autre côté de la caisse… Pourquoi ne serait-ce pas possible entre entreprises?

Alors, payer comptant pour permettre au TPE de fonctionner correctement pour notre le bien de notre économie, on s’y met?

Boîte à Idées, Uncategorized

O comme Obsolescence (programmée)

11/06/2013

cwe-op-6Avez-vous remarqué que certains appareils chez vos parents ou grands-parents ont parfois votre âge?? Un lave-vaisselle, une centrifugeuse, une gazinière…

Et pourtant, quand vous avez acheté votre electro-ménager il y a (environ) 4 ans, vous pensiez qu’il durerait, et vous vous étonnez certainement que la machine à laver tombe déjà en panne, ou que le frigo ne refroidisse plus… Détrompez-vous, rien de moins surprenant. C’était prévu comme ça…

L’obsolescence programmée fait partie des us et coutumes des industriels.

Prêt à jeter

« L’obsolescence programmée regroupe l’ensemble des techniques visant à réduire délibérément la durée de vie ou d’utilisation d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement ». C’est la définition donnée par le sénateur de l’Essonne.

Vous avez bien compris. Les industriels programment la mort des produits qu’ils vous vendent, afin que vous achetiez un modèle plus récent, plus vite. Si ce n’est pas la mort de l’appareil, c’est une panne à cause d’une pièce qu’il faut remplacer. Malheureusement pour nous, la garantie vient tout juste de se terminer (comme par hasard hein…), et la pièce vaut 90% du prix d’achat de l’appareil auquel elle appartient. Moralité, on achète un nouveau modèle, plus « moderne ».

Sauf que dans 3 ou 4 ans, on aura exactement le même problème.

Consommation

Le consommateur, pris dans le cercle de l’instantané – à l’heure des réseaux sociaux – et séduit par les publicités, est plus susceptible de remplacer plus rapidement un appareil si celui-ci est dépassé, ou n’intègre pas la dernière innovation. C’est son choix. Mais quand on l’y oblige, par cette obsolescence programmée, ou une garantie qui expire juste avant la panne, et le SAV qui coûte le prix d’achat de l’ancien ou du nouveau modèle, c’est un autre débat…

«Ce débat, c’est un appel à l’audace, face aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux. L’obsolescence programmée est une aberration, une impasse, qui nous emmène droit dans le mur».

Environnement et économie

Une partie de l’économie est aujourd’hui basée sur cette obsolescence programmée. La supprimer de façon brutale pourrait avoir des conséquences désastreuses. Mais en ces temps de perte de pouvoir d’achat et de crise économique et sociale, le consommateur apprécie de moins en moins de dépenser « pour rien ».

Et puis, n’oublions la grande problématique du siècle: le développement durable. Ce n’est pas très durable tout ça… Parce qu’on jette plus souvent, et qu’on ne sait pas trop où jeter… je veux dire « recycler ». Et oui, il faut penser à la planète que l’on souhaite laisser à nos enfants.

Vous l’aurez compris, l’obsolescence programmée est selon moi, une des dérives du capitalisme, au dépend de notre porte-monnaie et de l’environnement. La quantité, au dépend de la qualité. Quand osera-t-on inverser la tendance ?

Boîte à Idées

Et si la qualité nous sortait de la crise?

31/05/2013

Contrôle qualitéMême si le blog prône l’excellence de façon générale, il est vrai que cette excellence ne pourra être atteinte sans cette volonté affichée et démontrée de faire de la qualité. Un échange de tweets avec @jpdereynal a inspiré cet article. « Les Outre-Mers son condamnés à la qualité! Nos petites capacités de production nous obligent à produire le meilleur ».

Une notion qui se perd

La qualité est définie dans le Larousse comme suit:

  • « Ensemble des caractères, des propriétés qui font que quelque chose correspond bien ou mal à sa nature, à ce qu’on en attend : Du papier de qualité moyenne. »
  • « Ce qui rend quelque chose supérieur à la moyenne : Préférer la qualité à la quantité.« 
  • « Chacun des aspects positifs de quelque chose qui font qu’il correspond au mieux à ce qu’on en attend : Cette voiture a de nombreuses qualités. »
  • « Trait de caractère, manière de faire, d’être que l’on juge positivement : Qualités morales. Des qualités de cœur. »

Le mot qualité a donc plusieurs définitions, qui ramènent toutes à une notion de jugement et d’attentes vis-à-vis des publics visés.

I bon kon sa…

Quand on entend qualité, on pense souvent certification (ISO 9001…) ou produit de luxe.  Ces dernières années, nous avons tellement axé sur la quantité, en défaveur de la qualité, que nous nous sommes accommodés à notre si célèbre « i bon kon sa » (les revendications de la grève de 2009 confirment mes propos…) Forcément, dans notre esprit de consommateur (et même celui de l’entrepreneur parfois), quand on parle de qualité, on se dit qu’il va falloir y mettre le prix.

Or, cette qualité commence, non pas par la fixation d’un prix, mais bel et bien par la volonté de proposer et vendre et un produit (un bien et/ou un service) bien fait, sous tous les angles, de A à Z.

La qualité: un levier économique pour nos territoires insulaires?

Quel que soit le produit, bien ou service que vous proposez, sa qualité commence par son intégration dans la boucle économique du territoire (au-delà de l’aspect financier). A quoi sert-il? Comment va-t-il servir la société? Ou l’économie? Est-il bien fait? Quels sont ses défauts? Comment puis-je pallier, améliorer ceux-ci?

S’il s’agit d’un service, l’accueil est-il accueillant (cette question est moins bête qu’elle n’y paraît…). Les collaborateurs sont-ils assez formés, ont-ils tous les éléments en mains pour conseiller au mieux les « consommateurs »? Le service après-vente est-il optimal? Est-ce que je prends le temps pour considérer les remarques, avis, satisfactions et mécontentements des clients/consommateurs/usagers pour améliorer mon produit/services?…

Nos territoires nous obligent effectivement, inévitablement, à produire des petites quantités. Nos unités de production n’ont pas la capacité de produire à grande échelle. Nos produits, par exemple (le rhum, le sucre, le grand arôme, nos confitures, confiseries, sirop…) deviennent alors des denrées « rares ». Il parait que ce qui est rare est précieux, voire cher…

Le secteur tertiaire répond aux mêmes problématiques! Prenons l’exemple des NTIC. Notre insularité nous oblige à trouver des solutions et alternatives afin de travailler avec le national et l’international, et donc d’exporter nos savoir-faire, avec ce détail qui peut être un facteur concurrentiel non négligeable: le décalage horaire. (Et oui, ce petit plus qui nous semble parfois être un handicap peut devenir une véritable force, et ajoute à la qualité des services rendus…) On en parle dans un prochain article.

La qualité d’un territoire : la mise en commun des qualités individuelles

Comme une forêt est composée de plusieurs arbres, la qualité de nos territoires ne passera que par la volonté tout d’abord individuelle de chacun d’être excellent dans ce qu’il fait. Que ce soit pour la finalisation de votre mémoire de fin d’études, la rédaction de votre CV, la réparation de la voiture qui est confiée à votre garage, la satisfaction des papilles du couple venu dîner dans votre restaurant en amoureux, le moment magique que vous ferez passer à cette famille venue en week-end dans votre hôtel,  la considération que vous aurez et l’empathie dont vous ferez preuve auprès des patients de l’hôpital dans lequel vous travaillez, le bon accueil des administrés de votre collectivité, l’envie et la volonté d’être le meilleur rhum du monde… Juste pour le plaisir de pouvoir se dire: quand je fais quelque chose, je le fais bien (avec toutes les bonnes répercussions sociales et économiques que cela engendre…)

Alors, tirer nos territoires, en particulier la Martinique vers le haut, en faisant d’elle une île de qualité, dans tous les sens du terme, on s’y met?

 

Boîte à Idées

Et si on « boostait » nos CV?

04/04/2013

13296059-curriculum-vitae-mot-nuageAfin d’éviter toute confusion, il ne s’agit en aucun cas de gonfler son CV. Rien de pire quand on est dans une démarche d’offre de ses compétences que de mentir sur ces dernières. La vérité nous rattrapera un  jour où l’autre « dans l’exercice de nos fonctions ».

Mais dans le monde impitoyable du travail, les chefs d’entreprises en recherche de compétences reçoivent quotidiennement des dizaines de CV et de lettres de motivation. L’objectif, c’est de sortir du lot, de se faire remarquer, d’être retenu dans la pile de propositions qu’ils ont reçue.

« Sortir du lot ». Pas facile, quand, de façon très académique, nous rédigeons nos CV comme on nous l’a appris: sobre, clair, rédigé et organisé d’une certaine façon. Finalité, le recruteur se retrouve avec des CV similaires. Impossible de « sortir du lot ». Avant de s’intéresser au fond, il doit voir la forme.

Et si on donnait un peu d’originalité à nos CV?

Original mais pas farfelu (quoi que…). Personnaliser votre curriculum vitae avec des couleurs ou une mise en page différente en fonction du secteur ou du métier de nos recherches. Des titres plus accrocheurs, une police différente, un format moins basique que la simple feuille A4 recto en portrait… permettent de se distinguer plus facilement. Un papier spécial (irisé, recyclé, à matière) peut susciter l’intérêt de celui qui lit ces documents.

Attention à ne pas tomber dans le fantaisiste quand ça ne s’y prête pas. Si vous cherchez dans la comptabilité, mettre des petites fleurs en fond passera très certainemen mal. Mais les fleurs conviendront très bien pour quelqu’un qui se positionne dans le secteur de la mode ou de la beauté. Votre CV doit vous ressembler. Mais il faut également anticiper sur ce que le destinataire de votre document pourra en penser.

Vous l’aurez compris, l’objectif, c’est de retenir l’attention et de susciter l’intérêt.

Petit plus: il est vrai que l’on a souvent entendu dire « mets une photo type identité ». Quelle tristesse!! Quelle austérité!! En ces temps de crise, croyez-moi, c’est beaucoup plus agréable et accrocheur de regarder un CV avec la photo de quelqu’un qui sourit. Ca motive. Pensez-y.

Alors, « Booster » votre CV, vous vous y mettez?

 

crédit photo: http://fr.123rf.com/

Boîte à Idées, Economie, Politique/Social

Et si on calculait le coût des embouteillages?

31/03/2013

383937_10150378699182016_1960471732_n

Un deuxième article sur les embouteillages. Parce que c’est un véritable problème en Martinique. Petit rappel sur le premier article sur ce sujet. Trois solutions étaient proposées comme alternative aux embouteillages (avec tout ce que ça comportait comme avantages et inconvénients) :

1. Le transport intercommunal maritime

2. Le co-voiturage

3. L’aménagement des heures d’ouvertures des entreprises, administrations et écoles.

Au delà de proposer des débuts de  solutions, j’ai été confortée dans l’idée que les embouteillages sont une des plaies de notre économie martiniquaise, quand j’ai lu un statut sur Facebook (Lisa si tu lis cet article…) : « Est-ce que quelqu’un a déjà fait le calcul de l’argent perdu pour l’économie martiniquaise à cause d’embouteillages quotidiens? »

Effectivement! De façon assez factuelle, combien de temps passons-nous dans les embouteillages en moyenne par jour? 1h? 2h? En prenant en compte le prix de l’essence, les tarifs pratiqués par les concessions et les garagistes pour l’entretien des véhicules (parce que jouer avec l’embrayage dans des embouteillages, ça l’abîme forcément, sans parler des autres pièces…), et le stress causé par cette perte de temps et la crainte d’arriver en retard au boulot, est-ce qu’on a pensé un jour à calculer ce que coûtent les embouteillages en Martinique? Sur une journée. Un mois. Un an. Ou plusieurs années…

Prenons l’exemple d’un commercial, dont l’objectif est de rentabiliser sa journée par des rendez-vous, et surtout de les conclure par un acte de vente. Lorsque celui-ci perd 2, ou 3, peut-être même 4h dans les embouteillages au quotidien entre deux rendez-vous, sans parler des dépenses pour l’entreprise, cités dans le paragraphe précédent, quel est le manque à gagner pour le commercial et son entreprise?

Même logique pour les touristes! Sur une journée d’environ 10h, perdre 3h dans les embouteillages pour faire quelques kilomètres (oui, notre Martinique est toute petite malgré elle…), nous serions presque embêtés pour eux.

Nous avons tous mieux à faire que de passer des heures dans des bouchons, qui n’ont parfois aucune cause réelle… Quand bien même il y en aurait une (un accident par exemple), nous devons trouver des solutions pour éviter cette perte de temps automatique.

Les effets seraient indiscutables : amélioration du moral et baisse du stress des automobilistes, mais surtout récupération du manque à gagner pour notre économie, et réduction des dépenses en carburant et en entretien de nos véhicules. C’est notre porte-feuille qui nous dira merci.

Alors, calculer le coût des embouteillages, par curiosité, avoir un argument supplémentaire pour que soient mises en place des solutions durables quant à ce problème, qui s’y met?

 

Boîte à Idées

Et si les entreprises privées étaient réellement prises en considération dans notre économie?

01/08/2012

Disons ce qui est! La valeur est créée par les entreprises du secteur privé! Et c’est cette création de valeur qui fait tourner l’économie, et qui la développe.

La crise est là, c’est un fait, et selon les économistes, on n’a pas encore vu le pire, il est à venir…

La création de valeur est donc la seule façon de développer l’économie. Si l’économie tourne sur elle même, elle n’avance pas…

Et si le système administratif ne l’avait pas encore réalisé? Ok, les subventions aident bien lorsqu’on en a besoin, mais quel périple pour les obtenir! On se passera des nombreux exemples des oppositions procédurières et organisationnelles entre les administrations et le secteur privé….

Plus de simplicité, plus de réactivité, et surtout plus de compréhension… l’urgence est là!

Alors, considérer le secteur privé comme le réel créateur de valeur pouvant développer l’économie dans sa globalité, si on s’y mettait?

Boîte à Idées

Et si on créait des Packages pour le Tour des Yoles?

26/07/2012

Tour_des_Yoles_Rondes__tape__du_Diamant_024Petite idée comme ça, à laquelle beaucoup de personnes ont déjà pensé, j’en suis sûre et je le sais, mais il me semble important de la souligner et surtout d’avoir vos avis!

Nous avons en Martinique un événement unique : le Tour des Yoles Rondes. Unique grâce cette embarcation, qui ne tient pas toute seule sur l’eau. Certains reportages nationaux ont reconnu la difficulté et l’exploit sportif et humain que représentait cet événement.

Et faire le tour de l’île, c’est tout simplement magique pour tous les Martiniquais qui y participent. C’est un événement fait par les Martiniquais, pour les Martiniquais. C’est une bonne chose. Mais pourrions-nous l’exporter? Proposer à des touristes de venir faire ce fameux tour de l’île?

Et si on créait des Packages Vols+hôtel+bateau(skipper) pour le Tour des Yoles dédiés aux touristes?

L’idée est simple, je ne suis pas la première à y penser et je ne sais pas ce qui a été fait avant. Mais il serait intéressant de (re)lancer l’idée, afin de créer un « nouveau produit » à proposer aux touristes. Car c’est bien là la problématique du tourisme : une question d’offre, plus que de demande. Si on reste là à attendre que le touriste vienne ca ne fonctionnera pas. Le Touriste découvrirait 7 communes en une semaine, et cela permettrait, avec quelques efforts, de faire fonctionner un peu plus les petits commerces de ces communes.

Enfin, c’est un moment de cohésion sociale, de fête et permettre aux touristes de découvrir comment le Martiniquais vit cet événement répond en partie à cette attente de contact avec « l’habitant ».

L’idée lancée sur Twitter en fait naître d’autres! Un débat a d’ailleurs été lancé!

Alors, proposer une offre de voyage « Package » autour du Tour de la Martinique des Yoles Rondes, et si on s’y mettait??

crédit photo : http://martinique.no-scoop.com/agenda/manifestations/2011-07-31-tour-des-yoles-rondes-de-la-martinique/

Boîte à Idées

Et si on donnait leur chance aux jeunes dans les entreprises?

10/08/2011

Les chiffres du chômage en Martinique sont affolants (environ 22% de la population active selon plusieurs sources en 2010), surtout depuis Février 2009. Et pas de réelle reprise depuis cette crise.

Ce chômage touche plus particulièrement les jeunes Martiniquais. Mais pourquoi donc? La scolarité est obligatoire et quasiment gratuite, nous sommes l’île la plus riche (en PIB par habitant) de la Caraïbe, notre taux d’équipement est plus que convenable et il y a tellement, tellement de choses à faire pour développer l’île… Pourquoi les jeunes sont-ils alors autant touchés par le chômage?

En regardant les offres d’emplois sur les différents sites internet et auprès des cabinets de recutement, on se rend compte que la plupart des offres requiert un certain nombre d’années d’expérience, et ce, quel que soit le domaine d’activité: 3 ans d’experience, 5 ans d’expérience… Normal (!!!!!!!) que les jeunes se retrouvent au chômage si on ne leur laisse pas leur chance…

Ne dit-on pas qu’il faut bien commencer par quelque chose? Les gens que l’on recrute avec 5 ans d’expérience, ils ont bien débuté quelque part, sans expérience… non?

Alors oui, peut-être faudrait-il que les jeunes (je n’aime pas trop ce mot, qui devient trop généraliste et qui englobe un tas de notions totalement différentes et éloignées les unes des autres mais bon…) fassent des efforts, et comprennent le fonctionnement d’une entreprise, et les règles que la régissent. Peut-être aussi que les « jeunes » doivent intégrer que l’on ne « cherche » pas du travail, mais que l’on propose de mettre ses compétences au service d’une entreprise, contre un salaire (et que ce salaire doit être couvert par la productivité du salarié…). Voir mon article sur « et si on arrêtait de chercher du travail? »

De l’autre côté, les chefs d’entreprise doivent faire un minimum confiance à ces jeunes, et accepter de leur permettre de grandir professionnellement et de gagner en expérience dans leurs entreprises. On n’apprend jamais mieux que sur le terrain!!!

Mais si on ne leur permet pas de comprendre tout ça, de gravir les échelons, de gagner en compétences et en expérience, de tomber pour mieux se relever… le taux de chômage va continuer de grimper, et inévitablement, la délinquance va augmenter…

Bravo à la région Martinique qui a lancé le dispositif « IMMERSION EMPLOI JEUNE », grand pas en avant pour la lutte contre le chômage des jeunes, même si c’est (très) limité dans le temps…

Je ne vais volontairement pas au fond du problème, mais il y a encore tellement de choses à dire sur le sujet des « jeunes » et pas seulement à propos de l’emploi… Parce que les jeunes aussi ont beaucoup, beaucoup de choses à dire… (j’en mettrais ma main à couper…)

Alors, donner une chance aux « jeunes » d’apprendre les rouages de l’entreprise, de gagner en expérience et d’être productif pour la Martinique, si on s’y mettait??