Browsing Category

Politique/Social

Politique/Social

Le jour où mon travail est passé au second plan

22/05/2018

Lorsque j’ai intégré l’entreprise familiale, j’étais une travailleuse « acharnée » : je checkais mes mails au réveil sur mon smartphone, et j’y répondais en avalant mon petit-déjeuner, je pouvais travailler très tard pour avancer sur des dossiers, c’était (et c’est toujours) pour mon entreprise.

Et puis, j’ai eu le bonheur de devenir maman : 9 mois de connexion totale et fusionnelle avec bébé dans mon ventre, puis 4 mois à être 24/24h avec lui. Du bonheur à l’état pur. Une complicité avec bébé et son papa. Une relation basée sur un nouveau rythme à 3. On passe des heures avec notre mini nous, à le regarder, à interagir avec lui, à le voir évoluer…

Et puis vient le jour où il faut reprendre le chemin des affaires. Je suis en larmes lorsqu’il faut le déposer à la crèche, et je me rends compte que je ne verrai mon bébé que 4h par jour : de 6h à 8h et de 17h à 19h, heure à laquelle il s’endort.

Mon coeur était en miettes. J’ai trouvé cette situation tellement injuste… Absurde même… J’ai détesté la planète entière… J’ai détesté cette société qui nous « oblige » à travailler et à laisser nos enfants à des inconnus avec lesquelles il vont grandir et évoluer. Ces personnes (pour qui j’ai un profond respect bien évidemment!) vont les nourrir à notre place, les faire rire à notre place, s’occuper d’eux à notre place. J’étais en larmes. Ma place était auprès de mon enfant. Et la sienne auprès de moi…

Je n’ai pas fait un bébé pour ne passer que 4 à 5h sur 24 avec lui…

Passé ce moment de déprime totale, j’ai décidé que mon travail passerait au second plan, après ma vie de famille, après mes enfants.

J’ai décidé de ne plus vivre pour travailler, mais de travailler pour vivre. Je me suis mis des horaires. Je travaille dur de 8h à 17h. Mais une fois l’heure du boulot passée, je consacre mon temps à mes enfants (oui! un deuxième bout de chou est arrivé entre temps!) et à ma famille. Parce que mine de rien… ils grandissent vite! Et ce n’est pas quand ils auront 18 ans, et qu’ils partiront faire leurs études que je pourrai profiter d’eux…

Et qu’il y a t’il de plus précieux que de voir le bonheur dans les yeux pétillants de ses enfants?

Alors oui ce n’est pas très évident lorsque l’on travaille dans le privé, et dans un secteur comme le mien, mais je suis profondément convaincue qu’avec une bonne organisation personnelle et professionnelle, il est facile de trouver un juste équilibre entre sa famille et son travail, même lorsque l’on est à son compte.

Par exemple : aller les chercher à l’école ou à la crèche, c’est important pour moi, et surtout pour eux… Que notre aîné nous raconte sa journée, et que notre second encore bébé gazouille en écoutant son frère, tous ensemble dans le lit. Préparer le dîner avec eux, et dîner ensemble d’ailleurs, même s’ils sont encore petits, cela fait partie de nos rituels, pour profiter d’eux. Et qu’eux aussi puissent profiter de nous. Il y a selon moi, peu de choses plus importantes que cela…

 

Crédit photo : Pixabay/Geralt

Politique/Social

A toutes les Mamans : Et si on allaitait plus longtemps? Partie 1/3

21/03/2018

Tout d’abord, je tiens à remercier les 144 personnes qui ont pris le temps de répondre à ce petit questionnaire sur l’allaitement.

Pourquoi ce questionnaire?

Ayant eu la chance il y a quelques mois de connaître de nouveau le bonheur de donner la vie, j’ai décidé d’allaiter mon deuxième enfant aussi longtemps que possible, et donc de ne pas lui donner de lait industriel. Ce choix est vraiment personnel, car je suis intimement convaincue des bienfaits de l’allaitement, donc du lait maternel par rapport au lait industriel.

Mais voilà… sont arrivés des moments où j’avais l’impression de ne pas avoir assez de lait. Et puis est aussi arrivé le moment de la reprise du travail… Il fallait que je tire suffisamment de lait pour que mon bébé puisse être nourri exclusivement avec mon lait. Et là… panique… (je vous raconterai tout ça dans un autre article).

Quand je discute avec d’autres mamans du fait que j’allaite encore mon garçon de 5 mois, de manière exclusive (c’est-à-dire qu’il n’est nourri qu’avec mon lait) elles me demandent comment je fais, et qu’elles auraient elles aussi aimé allaiter un peu plus longtemps, mais pour diverses raisons, elles n’ont pas pu (reprise du travail, l’impression de ne plus avoir de lait…).

J’ai donc décidé de lancer ce questionnaire afin de connaître l’expérience de mamans sur leur allaitement et de partager les résultats qui suivent!

Bonne lecture!

Méthodologie : questionnaire public sur Google Form

144 répondants

Les résultats par question :

 

6,6% ont répondu très peu et 1,5% ont répondu non

 

 

 

Notons un bon quart ayant allaité plus d’un an!

Notons que 1/3 des mamans ayant répondu auraient souhaité allaiter plus longtemps.

 

1/3 des personnes ayant répondu ont réduit ou arrêté leur allaitement lors de la reprise de leur travail. (Désolée pour la faute dans la question!)

 

Environ la moitié des mamans n’avaient pas de dispositif ni la possibilité  tirer leur lait sur leur lieu de travail. Ce qui peut représenter un frein pour la continuité de l’allaitement.

 

6,5% ont répondu avoir peu d’informations sur l’allaitement. Notez que 44,2% ont peu allaité ou arrêté d’allaiter car elles n’avaient plus assez de lait. Nous reviendrons sur ce point dans un autre article.

Ci-dessous l’ensemble des réponses telles qu’elles ont été rédigées :

  1. Pas l’allaitement en lui même mais la durée oui…(à partir de plus de 10 mois)
  2. Très bien vu les 6 premiers mois après on passe un peu pour une bête curieuse
  3. Mal vu non mais j’avais l’impression de passer pour une extra-terrestre auprès de certaines personnes « Tu l’allaites encore ?! Et tu penses arrêter quand??? »
  4. Mal vu par une catégorie de personnes qui sont convaincues que cela enferme la femme uniquement dans son rôle de mère.
  5. L’impression de passer pour une hippie
  6. Un allaitement long est mal vu
  7. Selon le lieu et certaines personnes oui
  8. Parfois oui
  9. Contraignant
  10. Un peu gênant au regard des autres
  11. Parfois
  12. Non mais des réflexions par rapport au fait que mon enfant commençait à manger donc l’allaiter n’était plus indispensable

 

En conclusion de ce premier article sur l’allaitement, qui présente les résultats du sondage, je dois dire que j’ai été agréablement surprise des réponses.

Même s’il reste du chemin à parcourir pour démocratiser l’allaitement (long), j’ai l’impression que de plus en plus de Mamans souhaitent éviter le lait infantile industriel pour allaiter de manière exclusive.

Je vous propose de découvrir dans le prochain article les 144 propositions pour « démocratiser l’allaitement longue durée »

Illustration : pixabay

Boîte à Idées, Economie, Politique/Social

Et si on calculait le coût des embouteillages?

31/03/2013

383937_10150378699182016_1960471732_n

Un deuxième article sur les embouteillages. Parce que c’est un véritable problème en Martinique. Petit rappel sur le premier article sur ce sujet. Trois solutions étaient proposées comme alternative aux embouteillages (avec tout ce que ça comportait comme avantages et inconvénients) :

1. Le transport intercommunal maritime

2. Le co-voiturage

3. L’aménagement des heures d’ouvertures des entreprises, administrations et écoles.

Au delà de proposer des débuts de  solutions, j’ai été confortée dans l’idée que les embouteillages sont une des plaies de notre économie martiniquaise, quand j’ai lu un statut sur Facebook (Lisa si tu lis cet article…) : « Est-ce que quelqu’un a déjà fait le calcul de l’argent perdu pour l’économie martiniquaise à cause d’embouteillages quotidiens? »

Effectivement! De façon assez factuelle, combien de temps passons-nous dans les embouteillages en moyenne par jour? 1h? 2h? En prenant en compte le prix de l’essence, les tarifs pratiqués par les concessions et les garagistes pour l’entretien des véhicules (parce que jouer avec l’embrayage dans des embouteillages, ça l’abîme forcément, sans parler des autres pièces…), et le stress causé par cette perte de temps et la crainte d’arriver en retard au boulot, est-ce qu’on a pensé un jour à calculer ce que coûtent les embouteillages en Martinique? Sur une journée. Un mois. Un an. Ou plusieurs années…

Prenons l’exemple d’un commercial, dont l’objectif est de rentabiliser sa journée par des rendez-vous, et surtout de les conclure par un acte de vente. Lorsque celui-ci perd 2, ou 3, peut-être même 4h dans les embouteillages au quotidien entre deux rendez-vous, sans parler des dépenses pour l’entreprise, cités dans le paragraphe précédent, quel est le manque à gagner pour le commercial et son entreprise?

Même logique pour les touristes! Sur une journée d’environ 10h, perdre 3h dans les embouteillages pour faire quelques kilomètres (oui, notre Martinique est toute petite malgré elle…), nous serions presque embêtés pour eux.

Nous avons tous mieux à faire que de passer des heures dans des bouchons, qui n’ont parfois aucune cause réelle… Quand bien même il y en aurait une (un accident par exemple), nous devons trouver des solutions pour éviter cette perte de temps automatique.

Les effets seraient indiscutables : amélioration du moral et baisse du stress des automobilistes, mais surtout récupération du manque à gagner pour notre économie, et réduction des dépenses en carburant et en entretien de nos véhicules. C’est notre porte-feuille qui nous dira merci.

Alors, calculer le coût des embouteillages, par curiosité, avoir un argument supplémentaire pour que soient mises en place des solutions durables quant à ce problème, qui s’y met?